Accueil

A propos du réchauffement climatique : Si l’on plonge subitement une grenouille dans de l’eau chaude, elle s’échappe d’un bond ; alors que si on la plonge dans l’eau froide et qu’on porte très progressivement l’eau à ébullition, la grenouille s’engourdit ou s’habitue à la température pour finir par mourir ébouillantée.

Cette grenouille, c’est l’être humain face à la catastrophe écologique.

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Les mécanismes de défense sont nombreux pour ne pas voir la réalité en face : le déni, l’évitement, la fuite dans l’imaginaire, les distractions sans fin

La situation planétaire est suffisamment grave pour prendre le temps de lire un blog de plus sur le sujet.

L’originalité de ce site est de proposer des solutions concrètes à la portée de tous. Même pour les accros du shopping repenties.

Bienvenue sur Ecolonomy 108

Des solutions pratiques pour vivre la décroissance et la simplicité volontaire…

L’urgence écologique

L’actualité nous démontre que toutes les prévisions les plus pessimistes sont en passe d’être réalisées. Inondations monstrueuses ici, canicules records là-bas. Disparitions d’espèces animales et végétales. Surexploitation du règne minéral. La planète montre des signes de dérèglement de plus en plus évidents. Les scientifiques sont unanimes pour pointer du doigt les activités humaines. Les énergies fossiles et la déforestation accélèrent le réchauffement climatique. Notre mode de vie détruit la planète. C’est maintenant une certitude. La planète est en train de crever de notre orgie de surconsommation.

Quelles sont les solutions :

  • réduire la population mondiale ?
  • compenser le bilan carbone par des actions vertueuses ?
  • réduire drastiquement notre consommation ?
  • consommer moins mais mieux ?

La première chose à faire, il me semble, est de reconnaître que la solution dépend de nous.

Commençons par calculer notre impact sur la nature, calculons notre empreinte écologique :

https://www.wwf.ch/fr/vie-durable/calculateur-d-empreinte-ecologique

Admettre notre responsabilité

Notre pyramide sociale nous maintient dans l’illusion de notre impuissance.

Nous nous sommes habitués à une société très hiérarchisée et très pyramidale. De ce fait, nous pensons souvent que tout viendrait d’en haut, le bien comme le mal. 

Les nombreuses manifestations pour le climat sont tournées vers nos décideurs politiques, comme s’ils pouvaient nous dépouiller de notre pouvoir et de notre responsabilité. 

 En réalité, il suffirait que nous arrêtions d’acheter pour que le jeu soit terminé, que ce soit à l’échelle d’une entreprise, d’une multinationale ou d’un secteur entier de l’économie.

Des tonnes de solutions existent… 

Le monde est pyramidal : une minorité de nantis utilise la majeure partie des ressources naturelles.

C’est à nous, Occidentaux, de trouver la solution à un problème que nous avons nous-même créé. En effet, l’empreinte écologique des pays riches dépasse de loin l’empreinte des pays en développement. En d’autres termes, nous vivons à crédit. Nous utilisons les ressources naturelles à outrance sans se soucier du lendemain, par une captation inéquitable des richesses.

Si tout le monde vivait à l’occidentale, nous survivrions déjà tous pitoyablement sur des montagnes de déchets. Notre seule espoir serait que nous revenions à un mode de vie de simplicité volontaire, comme les pays dits « pauvres » en somme, mais de manière choisie et raisonnée.

(Le menu du site se situe en haut à droite)

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.

%d blogueurs aiment cette page :